Tous les bienfaits du raisin

Fruit aux multiples vertus thérapeutiques

Le raisin figure parmi les fruits les plus largement cultivés et consommés. Il s’agit, cependant, bien plus que d’une simple denrée alimentaire. À part les vitamines et les oligo-éléments qu’il renferme en abondance, ce fruit de la vigne contient également plus de 1600 composés phénoliques (1). Ces derniers sont surtout reconnus pour leurs effets antioxydants et leurs propriétés thérapeutiques. Diverses études ont même permis de constater que leurs actions sur certaines pathologies seraient plus satisfaisantes et présenteraient moins d’effets indésirables que l’usage des médicaments de synthèse.

raisin

Le raisin regorge de vitamines, d’oligo-éléments et d’antioxydants

C’est grâce à cette haute concentration en polyphénols que le raisin et ses produits dérivés possèdent une action antioxydante puissante. Ils sont capables de neutraliser les effets du stress oxydatif et de limiter la formation des radicaux libres. Leur consommation est même souvent associée à la baisse de la survenue de certaines pathologies liées à la dégénérescence cellulaire et aux dommages oxydatifs. Une protection contre le développement et la progression d’autres graves affections, comme le cancer, est également constatée. De nombreuses observations ont alors conclu sur les bienfaits de la consommation du fruit de la vigne tant pour rester en bonne santé, que pour lutter contre le vieillissement et les nombreuses maladies qui en sont associées.

Description botanique et utilisation

Fruits de la vigne, les raisins se présentent sous forme de grappes formées par de nombreuses baies. Rondes ou allongées, celles-ci peuvent être plus ou moins grosses avec une peau fine ou épaisse selon la variété. Quant à la chair, elle peut être croquante ou tendre avec un goût sucré parfois légèrement musqué. Chaque grappe pèse, en outre, entre les 150 g et les 500 g environ selon le cas. Pour ce qui est de leur couleur, elle peut aller du vert à un jaune doré pour les raisins blancs, et de mauve à violet pour les rouges. La saison du raisin est surtout l’automne. Certaines variétés sont toutefois précoces. Elles arrivent dès l’été au mois de juillet. Tandis que d’autres sont plus tardives, ne se récoltent qu’au mois de décembre.

Il existe une centaine d’espèces de vigne dont le Vitis vinifera est la plus cultivée. Les fruits de certaines d’entre celles-ci servent surtout pour la préparation de vin rouge ou blanc. Ceux des autres, par contre, sont consommés directement à table, frais ou secs. Ils sont également utilisés dans différentes recettes culinaires. La fabrication de jus à partir de ces baies est aussi très répandue. En outre, de l’huile est extraite des pépins. Cette dernière est aujourd’hui reconnue pour ses diverses propriétés thérapeutiques.

Composition nutritionnelle

Vitamines et oligo-éléments

Le fruit de la vigne est une très bonne source de nombreuses vitamines et d’oligo-éléments essentiels à la santé. Parmi ceux-ci, il y a notamment la vitamine C et le potassium. Ils peuvent dépasser respectivement les 8 mg et 200 mg pour chaque 100 g chez certaines variétés. Ce fruit est également assez calorique. Il est classé juste après la banane parmi tous les fruits frais avec environ 70 kcal/100g. Ceci s’explique surtout par sa haute teneur en glucides et notamment en sucre, estimée chacune à 17% et 10% de son poids. Plus de 79% du fruit sont, en outre, composés d’eau. Sa teneur en fibres est près de 1.4g/100g.

Composés phénoliques

Le raisin renferme également une quantité non négligeable de composés phénoliques. Ceux-ci sont surtout connus pour leurs propriétés antioxydantes, bénéfiques pour limiter la formation des radicaux libres et réduire les effets du stress oxydatif. La plus grande proportion des phénols sont, cependant, concentrées au niveau de la pellicule et des pépins de chaque graine. La pulpe et le jus n’en contiennent que près des 5%. D’où, d’ailleurs, l’intérêt de manger les baies entièrement pour profiter de la totalité de ses nutriments. La composition phénolique de ce fruit varie, toutefois, suivant le cépage.

Les composés polyphénoliques du fruit de la vigne peuvent être classés en deux groupes. Il y a les flavonoïdes et les non flavonoïdes dont les stilbènes.

– Flavonoïdes

Dans ce groupe, on retrouve les tanins, à l’origine de la sensation d’assèchement dans la bouche lorsque le fruit ou les produits dérivés passent sur la langue. Comme la plupart des phénols, ils présentent des effets antioxydants, mais également une action antibactérienne. Ils sont surtout abondants dans les pépins, soit 91.9 mg/g, pour seulement 1.09 mg/g dans la peau (2).

Les composés taniques les plus importants dans les extraits de raisins sont surtout la catéchine, l’épicatéchine, la procyanidine, l’épigallocatéchine (3). La teneur en ces flavonoïdes est plus élevée dans les raisins blancs que les rouges, soit environ 127mg contre 72 mg pour 100g de grains frais (4). Dans tous les cas, elle tend à baisser avec la maturité.

Les anthocyanosides sont aussi des flavonoïdes du raisin. Ces composés interviennent dans la couleur des pellicules lorsque celle-ci passe du vert au rouge. Ils sont quasiment inexistants dans les raisins blancs (5). En revanche, dans les rouges, leur concentration peut atteindre 750 mg/100g à la maturité des fruits (6). Il s’agit, par ailleurs, de pigments aujourd’hui largement utilisés comme colorant naturel dans l’industrie alimentaire, présentant des vertus antioxydantes.

À part les tanins et les anthocyanes, il y a les flavonols. Ce sont aussi des sous flavonoïdes du raisin dont le principal est la quercétine, le pigment jaune du fruit. Il y a également le kaempférol, l’isorhamnétine et d’autres qui sont connus pour leurs effets antioxydants et anti-inflammatoires.

– Stilbènes

Dans ce groupe, il y a le resvératrol à qui le raisin doit la plupart de ses bienfaits sur la santé. Il se trouve plus particulièrement dans la peau des baies, à une concentration variant entre 50-100 microgramme/g (7). Ce taux semble, cependant, augmenter considérablement lorsque le fruit est fréquemment exposé aux UV du soleil (8). Il varie également selon le cépage. Le pinot noir en particulier est connu comme celui qui en contient le plus, soit 11.9mg/l (9). Ce stilbène est, par ailleurs, réputé pour ses diverses vertus thérapeutiques. Il possède des effets antioxydants, anti-inflammatoires, neuroprotecteurs, antiviraux et antibactériens.

Bienfaits thérapeutiques

Diverses études ont permis de montrer les bienfaits que peut apporter à la santé la consommation de raisins blancs ou rouges.

Inhiber l’agrégation plaquettaire

raisin

Le raisin inhibe l’agrégation des plaquettes sanguines

L’une d’entre elles conclut, entre autres, sur l’efficacité du jus de raisin rouge à inhiber l’agrégation plaquettaire par rapport aux autres jus de fruit auxquels étaient soumis les sujets observés. Il contribue, dès lors, à réduire le risque de survenue d’une ischémie. Cette pathologie est souvent secondaire à la formation d’un thrombus qui finit par obstruer la circulation du sang. Cet effet s’explique par la haute teneur du raisin en polyphénols par rapport aux autres fruits (10). Une autre étude confirme ces résultats en ajoutant, toutefois, que l’inhibition de l’agrégation des plaquettes sanguines est plus satisfaisante en ajoutant 4mg de resvératrol dans chaque litre du jus de raisin (11).

Baisser l’oxydation des LDL

Diverses scientifiques s’accordent sur l’efficacité du jus de raisin à faire baisser l’oxydation des lipoprotéines de basse densité (LDL). Les lipides oxydés du LDL sont, en effet, connus comme étant la principale cause de l’athérosclérose. Cette pathologie se caractérise par un durcissement des parois vasculaires suite à l’accumulation d’athéromes. Pour rappel, ces derniers sont des dépôts de graisse. Sa plus grave complication est l’obstruction de la circulation du sang survenant telle qu’après une embolie ou une diminution progressive de la lumière artérielle.

Lors d’une expérience (12), la prise d’extraits de vin sans alcool pendant une quinzaine de jours a conduit chez les sujets mis en observation à une réduction nette de la peroxydation du mauvais cholestérol. Le fruit de la vigne constitue, de ce fait, un excellent remède pour prévenir l’athérosclérose et ses nombreuses complications. Une étude avance que cette action s’explique surtout par la présence de resvératrol dans le raisin. En effet, le pouvoir antioxydant de ce stilbène pour réduire la peroxydation du LDL est largement plus important que ceux des autres phénols du fruit (13).

Prévenir l’hypercholestérolémie

raisin

Le raisin prévient l’hypercholestérolémie

Lors d’une expérimentation menée sur des lapins soumis à des régimes hypocholestérolémiants, il a été constaté que des supplémentations d’extraits de pépins et de poudre de pellicules de raisins ont permis de prévenir la survenue d’une hypercholestérolémie. Une amélioration du fonctionnement du système de défense antioxydant a aussi été observée. (14)

Dans les débuts des années 90, de nombreux scientifiques tentaient d’expliquer le fait qu’une importante consommation de graisses animales était associée chez les français à une faible mortalité due à une pathologie coronarienne. Ce phénomène, connu sous le nom de french paradox, fut finalement expliqué par l’habitude de boire du vin dans ce pays (15). Plus tard, diverses observations ont permis d’expliquer que cette action du vin sur le mauvais cholestérol et la santé cardiaque était, en fait, due à la présence de resvératrol dans la peau des raisins rouges. (16)

Améliorer la fonction cardiaque

Diverses publications mettent en évidence les bienfaits combinés des raisins et du resvératrol sur le fonctionnement du myocarde. L’administration dans le régime de rats souffrant d’hypertension de poudre de raisin a conduit lors d’une étude à une amélioration de la fonction cardiaque et une diminution de la tension artérielle. On a aussi constaté une baisse de la réaction inflammatoire systémique et des dommages oxydatifs, ainsi que de l’hypertrophie cardiaque chez le modèle animal. Ce qui permet de confirmer les actions bénéfiques du raisin en cas de cardiopathies dues à une hypertension (17).

Prévenir le cancer

Les auteurs d’une étude menée sur des souris ont démontré que l’application topique de poudre de raisin pouvait inhiber la formation de cellules cancéreuses au niveau de la peau. Ils ont également découvert que la prise orale d’extraits de raisins associée à une utilisation locale de resvératrol réduisaient l’hyperplasie. Ces principes actifs ont aussi empêché la prolifération et l’inflammation des cellules cutanées causées par un carcinogène de laboratoire. (18)

Protéger les yeux

Des chercheurs ont, en outre, montré que l’usage de resvératrol ou de poudre de raisin était aussi efficace que les médicaments de synthèse habituellement utilisés pour la prise en charge de néo-vascularisation choroïdienne. Il s’agit notamment de la cause de cécité la plus fréquente due à une dégénérescence maculaire liée à l’âge (19).

Références

(1) Pezzuto J. et al. «Le raisin et la santé humaine: une perspective.» J Agric Food Chem, 2008.
(2) Cosme, F et al. «Profils tanins de Vitis vinifera L. cv. Cépages rouges cultivés à Lisbonne et issus de leurs vins monovariétaux », Food Chemistry, 2009.
(3) Mattivi F. et al. «Différences dans la quantité et la structure des tanins de la peau et des graines extractibles entre les cultivars de raisin rouge.» Journal australien de recherche sur le raisin et le vin, 2009.
(4) Montealegre, R. et al. «Composés phénoliques dans les peaux et les graines de dix variétés de raisin Vitis vinifera cultivées dans un climat chaud», Journal of Food Composition and Analysis, 2006.
(5) P Ribéreau-Gayon, et al. Traité d’œnologie: Chimie du vin, stabilisation et traitements. »Dunod, 2004.
(6) Clifford M. «Nature des anthocyanes, apparition et charge alimentaire». J sci food agric. 2000.
(7) Li X et al. «Extractable. Quantités de transresvératrol dans la peau des graines et des baies à Vitis évaluées au niveau du germoplasme.» J agric food chem, 2006.
(8) Toiska J et al. «Méthodes physiques d’induction de resvératrol dans les raisins et les produits à base de raisins. Une critique. »Czech J food sci, 2012.
(9) «Dossier: Phénols, composés phénoliques ou polyphénols.», Dico du vin, 2011.
(10) Pataki T et al. «Le jus de raisin, mais pas le jus d’orange ni le jus de pamplemousse, inhibent l’agrégation des plaquettes humaines», Am J Clin Nutr, 2002.

(11) Pace-Asciak C et al. «Les vins et les jus de raisin comme modulateurs de l’agrégation plaquettaire chez des sujets humains sains», Chimica Acta, 1996.
(12) Chopra M et al. «L’extrait non alcoolique de vin rouge et la quercétine inhibent l’oxydation des LDL sans affecter les concentrations plasmatiques de vitamines et de caroténoïdes antioxydants dans le plasma. »Clin. Chem. 2000.
(13) Iacopini P. et al, «Catéchine, épicatéchine, quercétine, rutine et resvératrol dans le raisin rouge: contenu, activité antioxydante et interactions in vitro», Journal de la composition et de l’analyse des aliments, 2008.
(14) Choi C et al. «Effets du pépin de raisin sur le système de défense anti-oxydant chez les lapins hypercholestérolémiques induits par l’alimentation». Nutr Res prat, 2010.
(15) Renaud S. et al. «L’alcool du vin, les plaquettes et le paradoxe français des maladies coronariennes», Lancet, 1992.
(16) Kopp P. «Le resvératrol, un phytoestrogène trouvé dans le vin rouge. Une explication possible du paradoxe français. »Eur J Endocrinol, 1998.
(17) Seymour E. et al. «La consommation chronique d’un régime enrichi en phytochimie réduit la fibrose cardiaque et le dysfonctionnement diastolique causés par l’hypertension prolongée sensible au sel.» J Gerontol A bio sci med, 2008.
(18) Hanausek M et al. «Inhibition de la carcinogenèse cutanée murine par la poudre de raisin lyophilisée et d’autres antioxydants majeurs dérivés du raisin.» Cancer de Nutr, 2011.
(19) Kanavi M et al. «La libération prolongée de resvératrol ou d’une poudre de raisin défini inhibe la formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans un modèle murin de néovascularisation choroïdienne.» Molecules, 2014.

Comments are closed.